Concertation
site Lacoste
Carbon-Blanc

(Octobre/Novembre 2020)

Le contexte du projet

La ville de Carbon-Blanc a décidé de renouveler ses équipements sportifs et d’en installer une partie  sur la plaine du Faisan. 

Pour financer ces opérations, la ville a décidé de vendre les terrains ainsi libérés pour réaliser des opérations immobilières en cohérence avec les documents d’urbanisme de Bordeaux Métropole.

Dans ce cadre, la proposition de NEXITY pour le stade Gaston Lacoste a été retenue. Il a été prévu de déplacer le terrain de football et les tennis permettant de créer 98 logements avec une hauteur maximale en R+1. 

Cette opération permettait de garder sur site le gymnase, le dojo et des salles associatives, qui seront reconstruits à neuf par la commune, tout en laissant une part importante d’espaces verts dont un parc d’environ 7 000m². 

En décembre 2019, la municipalité de Carbon-Blanc a décidé d’organiser une réunion publique de présentation du projet réunissant les riverains et les associations sportives. 

A la suite de cette réunion, le maire a demandé à Nexity, qui dispose d’une promesse de vente sur les terrains, de retirer son projet et de mener une concertation permettant d’élaborer un nouveau projet. 

La concertation engagée a été interrompue par la crise sanitaire. Les élections municipales de mars et juin 2020 ont porté une nouvelle équipe à la tête de la commune. 

La nouvelle équipe municipale et Nexity, après avoir échangé ont décidé de poursuivre la concertation en lui donnant une nouvelle orientation. Il s’agit aujourd’hui de s’interroger sur le devenir du stade Gaston Lacoste sans exclure aucune hypothèse.

L'objectif de la concertation

La concertation porte sur la reflexion autour du site Lacoste et sur le devenir de cet espace public.

L’amélioration du service rendu par ce site conduit la collectivité à ouvrir une concertation large sans exclure aucune hypothèse pour l’avenir de ce site. 

Charte de la concertation

La charte de la communication est le document qui fixe les conditions de déroulement de la concertation.

Téléchargement ICI.

L'organisation de la concertation

Atelier 1 :
Présentation de la démarche et brainstorming 

3 octobre 2020 

 9h30 à 11h30 (accueil à partir de 9h)

Groupe scolaire Pasteur 

Atelier 2 :
Scénarios d’aménagement

17 octobre 2020 

 9h30 à 11h30 (accueil à partir de 9h)

Groupe scolaire Pasteur 

Atelier 3 :
Structuration des scénarios

24 octobre 2020

9h30 à 11h30 (accueil à partir de 9h)

Groupe scolaire Pasteur

Atelier de synthèse (novembre 2020 date à préciser)

S’inscrire pour les ateliers

Afin de préparer au mieux l’organisation des ateliers et de garantir la sécurité sanitaire des participants, l’inscription pour les ateliers est obligatoire.

Vous pouvez également vous inscrire par téléphone au N° suivant : 05 57 77 44 02

Réservation Ateliers
Je souhaite m'inscrire pour :

(Port du masque obligatoire, une place assise pour chaque participant, respect des mesures d’hygiène et de distanciation physique, nombre limité de personne par groupe de travail)

Participez

Vous pouvez déposer ici vos avis, contributions, questions, … 

 

Les contributions sont clôturées.

FAQ

Contributions

Gaelle Tremolet

Il est important de conserver les structures actuelles (stade et terrains de tennis) : une rénovation coûte moins cher. Envisager des habitations est une aberration au vue de la saturation de la circulation. Le stade permettrait aux écoles d y faire venir les enfants sans coûts pour faire du sport. Le stade est forcément nécessaire car celui du faisan n est pas suffisant au vue du nombre d habitants sur la commune. Stop à la densification sur la zone sud.

Mothes Maylis

Bonjour
En tant que présidente de la section Tennis et engagée dans la rénovation de nos installations depuis des années il devient urgent d’avoir une vision claire de ce projet
Nous portons depuis longtemps un projet de couverture solaire de nos courts sans écho et avons des idées sur le développement des installations et les besoins pour offrir aux carbon blanais de bonnes conditions de pratique des jeux de raquettes
Notre école de tennis est en.plein essor et nous avons besoin d’avoir un projet solide et l’assurance de rester à Lacoste avec réorganisation de nos courts couverts et du club house
A votre disposition pour en discuter

Farion Jean

que ce site reste la propriété de la commune.
que cet espace demeure dédié au sport de plein air des enfants(proximité immédiate de l’école Pasteur et peu éloigné de Barbou)
que cet espace reste à la disposition des associations sportives pour la réalisation de leur besoin en équipement
en concertation avec la mairie.
que cet espace reste vert à disposition des Carbonblanais et non à l’urbanisation quelque qu’elle soit.

Neau Pierre

Pourquoi la commune doit-elle vendre le site Lacoste ?
C’est un actif en temps que bien immobilier de la commune.
Il sera utile pour des réalisations telles que sportives, sociales ou pour la reconstructio d’une salle communale aux normes actuelles…

Argouet Allain

Pour Lacoste il y a 2 solutions soit remettre le terrain en état afin qu’il soit homologué le terrain est un rectangle de longueur comprise entre 90 et 120mètres et de largeur entre 45 et 90mètres soit une surface qui varie de 4050m2 à10800m2.Les buts ont une largeur de 7,32entre l’intérieur de chaque poteau et 2,44m de haut entre le sol et la partie intérieure de la barre transversale bien sûr ils sont placé au centre de chaque ligne de but des barrière de sécurité tout le tour du terrain et 2 abris couvert avec chaises ou banc pour chaque équipe et entraîneur .Tenant compte qu’il faut prévoir l’éclairage homologué ,des vestiaires chauffés pour les joueurs avec douches pour les 2 équipes sans oublier un vestiaire chauffé pour les arbitres avec douche ,construire un foyer qui soit aux normes pour les réunions et recevoir les joueurs après chaque match pour la collation ou faire des repas pour que consolider l’esprit d’un club familiale
Si ce n’est pas réalisable pourquoi ne pas faire de Lacoste un futur bois avec parking public arboré de 80 places minimum avec un aire de jeux pour les enfants un terrain en herbe libre d’accès et créer un petit coin de paradis un terrain de pétanque ça ne nécessite pas de dépenser beaucoup d’argent – 4 à 6 tonnes de gros gravier-10 à 15 tonnes de gravier fins- 60 à 70 m2 de toile géotextile perforée 2 à 3 tonnes de sable de rivière -soit des bastaings traités autoclave ou des traverses de chemin de fer pour une solution pas cher le faire fait par des agents techniques de Carbon Blanc ce qui reviendra 2 à 3 fois moins cher que de le faire faire par des professionnels
Voila mes 2 idées pour Lacoste en espérant un nouveau Lacoste accueillant et utile pour tous les Carbonblannais et Carbonblannaises après les concertations de tous les citoyens de Carbon blanc. Faites le bon choix lors de votre délibération final. Un citoyen engagé de Carbon Blanc Cordialement

Alexandre Lassailly

Résident de Carbon Blanc et licencié tennis sur le site Lacoste depuis 15 ans, je suis convaincu de la pertinence d’un projet de valorisation des courts actuels (défendu par l’actuel bureau du CACBO Tennis). Un projet rationnel et efficace, qui verrait une couverture en dur (équipée de panneaux solaires?) regroupant les 2 courts actuellement sous la bulle et les 2 extérieurs qui sont derrière. Une couverture qui pourrait intégrer le futur club house.
Ne pouvant me rendre disponibles aux dates des échanges participatifs, je vous souhaite un bon brainstorming , et souhaite que le meilleur en ressorte !
Bien à vous,
Alexandre Lassailly

Charles Attard

Si le site De Gaston LACOSTE doit être transféré, mon souhait en tant qu’adhèrent, Bassenais de résidence , est, que nous puissions au moins retrouver la même structure:
Nombre de courts, surtout court couvert et terre battue
Vestiaire douches
Club House

Michel Becerro

Mon avis sur le devenir du site Lacoste (Michel Becerro)

Invité comme tout citoyen de Carbon-blanc à donner mon avis sur le devenir du site Lacoste, je veux confirmer en quelques mots ma volonté de maintenir ce site dans le patrimoine public municipal et de lui conserver sa vocation sociale, sportive et ludique au bénéfice de la population. J’exprime donc là mon désaccord sur tout projet de vente du site Lacoste et au projet immobilier qui pourrait en résulter.
Je pourrais certes argumenter à partir de raisons de qualité de vie, avec refus d’accroissement de la densification et de la saturation automobile dans la nasse du Sud, à laquelle s’ajouterait la nasse Lacoste. Je pourrais aussi argumenter à partir des raisons démographiques avec refus de voir s’aggraver la densité d’habitants au km2 dans la commune.
Je m’en tiendrai à m’appuyer sur des raisons de pure démocratie. Je m’explique :
La municipalité et le promoteur Nexity réclament notre avis.
Mais, notre avis, ils le connaissent déjà !
En 2017, lors du débat sur le projet urbain, 250 carbonblannais riverains et alentours du site Lacoste ont signé une pétition contre la destruction du complexe,
En novembre 2019, au cours d’une assemblée publique, les riverains du site ont refusé le projet.
En 2020, à l’initiative du collectif Lacoste, soutenue par le collectif zone sud, plus de 600 pétitionnaires s’opposent au projet de vente du site.
Et, toujours en 2020, à l’occasion des élections municipales, tant au premier tour qu’au second une large majorité des électeurs votants a mis en minorité la liste du maire sortant, initiateur du projet Lacoste.
Que faut-il de plus pour déclarer que le projet de vente et le projet immobilier sur le site Lacoste ne sont plus à l’ordre du jour ?
Carbon-Blanc le 27 septembre 2020

Michel Lapoujade

Avec les six cents pétitionnaires qui se sont manifestés en début d’année, je m’oppose à la vente et au projet immobilier qui en découlerait. Nous sommes confrontés dans ce quartier par une densité de population forte,ce qui engendre des problèmes de circulation,de stationnement,de bruit, d’impact sur la qualité de vie.
La disparition de cet ensemble serait préjudiciable pour le groupe scolaire voisin et les associations sportives de la commune.Ce terrain doit rester communal et être aménagé en équipements sportifs et/ou de loisirs et si dans le futur on est amené à revoir l’agrandissement du groupe scolaire, cette superficie peut supporter un complexe sportif et une école.
Afin de rester dans l’air du temps,je vous propose de planter 98 arbres à la place de 98 logements.
cordialement

Marys Ucar

Il faut absolument conserver gymnase dojo stade Lacoste

Patricia Labracherie

je suis en désaccord sur tout projet de vente du site Lacoste afin d’y construire des logements. Notre commune est l’une des communes de la métropole qui a une des plus forte densité d’habitants au km 2.
Je souhaite que ce lieu conserve sa vocation initiale, reste dans le patrimoine municipal et soit dédié aux sports, aux associations et aux écoles.
Que des espaces verts et arborés soit aussi sur ce site

Jerome Oustrain

La zone sud est largement la plus dense de Carbon-Blanc, elle-même 6ème commune en termes de densité sur les 28 que compte la métropole.

Ce qui n’a pas de sens:

– Vendre notre patrimoine public au profit d’un promoteur immobilier.
– Participer ainsi au déséquilibre de densité et accroître les problématiques qui y sont liées (augmentation des soucis de circulation dans un flux déjà saturé, incivilités crées par les problèmes de stationnement, insécurité aux abords des écoles…).
– Dégrader la qualité de vie des habitants en les privant d’un lieu de vie sportive et sociale.
– Priver les élèves d’un site idéal pour la pratique sportive de plein air.

Ce qui a du sens:

– Maintenir, rénover et préserver de toute pression foncière ce site communal à vocation sportive, sociale et de loisir, à l’endroit même où il est le plus utile (l’endroit où se trouve le plus grand nombre d’habitants)

Il me semble que les Carbonblanais ont déjà clairement exprimé leur volonté de préservation de ce site:
– Pétition largement relayée
– Réunion publique
– Elections municipales ayant sanctionné le projet initié par la municipalité sortante

Anne Marie Fauvel

Je suis opposée à ce projet pour les raisons suivantes. Lorsque je suis arrivée sur la commune Mr Madrelle promettait de faire de Carbon-Blanc une banlieue verte. Votre liste a mené campagne pour là défense de l’environnement, donc avec des projets qui vont dans ce sens. Or, notre commune est déjà loin du projet initial, à cause de là proximité avec l’autoroute et la rocade, l’augmentation de la population rive droite, une commune touchée par une surpopulation (voir nombre d’habitants au km2. Alors n’aggravons pas la situation. Ouvrons plutôt des espaces dédiés au sport au bien-être et à la culture pour tous les habitants, des jeunes aux séniors.
Cordialement

Claire Gascon

Il faut absolument garde le site Lacoste en tant que patrimoine de la commune. Pourquoi le vendre alors qu’il est très bien situé près des écoles ? Il faut le rénover entièrement : dojo, tennis… et ne pas y construire d’habitations qui vont encore plus densifier la zone !!!

C’est déjà super de savoir qu’il y aura bientôt un gymnase flambant neuf au même endroit !

Maintenant il faut continuer sur cette lancée. Et je crois que tous les carbonblanais sont très attachés à ce site.

Michel Meunier

BONJOUR
Pour avoir un avis assez large sur LACOSTE il suffit peut etre de distribuer dans chaque boite aux lettres de CARBON BLANC une information sur le sujet et d y associer le coupon réponse avec son avis OUI ou NON , COMMENTAIRES et coordonnées
Comme un concours vous pouvez promettre quelques cadeaux ( abonnement TBM, livres ,places de cinema,etc ) obtenus par un tirage au sort des participants ayant retourné le bulletin
Nous verrons alors si les pétitionnaires contre LACOSTE et les autres habitants de CARBON BLANC répondent afin de donner un avis définitif
Cordialement

Pascal Baccarani

-Les tennis de Lacoste doivent être rénovés entièrement avec un club house digne de ce nom que la municipalité précédente à laisser à l’abandon prétextant que tout allait être reconstruit ailleurs (avec le projet école)
– pas question de faire des logements sur l’ancien terrain de foot mais plutôt en faire un lieu « vert » par exemple: aire de jeu pour les jeunes enfants de cette zone qui n’en ont pas ou un jardin botanique ou encore un lieu dédié au sport pour les riverains avec plantation d’arbres pour reverdir Carbon Blanc qui est de plus en plus bétonné tant est si bien que les Carbonblannais ne reconnaîtront bientôt plus la ville qu’ils ont adoptée en s’y installant et que certain envisagent de quitter.

Mathieu Prévoteau

En tant qu’habitant de Carbon-Blanc depuis plusieurs décennies, je regrette profondément de voir disparaître progressivement de nombreux espaces de verdure dans cette ville, qui n’a plus rien de la « ville-jardin » évoquée autrefois. D’autant plus lorsque cette destruction d’espace vert au profit d’un gros projet immobilier est organisée par la ville elle-même.

Le stade Lacoste est largement utilisé par de nombreux carbon-blannais, et n’a pas besoin de démontrer son utilité. La zone Sud, dans laquelle nous habitons, est très densément peuplée. Les principaux axes sont bouchés aux heures de pointe. Le stationnement aux abords de l’école Pasteur le matin et le soir devient catastrophique, conduisant à un manque de civisme de la part de très nombreux parents (stationnement sur l’accès pompier de la crèche, en travers du trottoir, sur une place handicapée,…). Est-il vraiment intelligent de rajouter des logements supplémentaires dans ce quartier, d’ouvrir de nouveaux axes routiers qui n’étaient alors que de simples chemins ou impasses ?

Au contraire, nous devons redonner un peu d’oxygène à cette zone. Il semble plus que pertinent de conserver des installations sportives au coeur d’une zone densément peuplée : cela contribue au lien social, permet de réduire la circulation des voitures en privilégiant les déplacements à pied ou en vélo,… Je ne connais pas du tout l’état des installations sportives, mais je souhaiterais que nous puissions conserver celles en bon état et rénover celles qui pourraient l’être. Je souhaiterais également que le moindre espace disponible sur ce site soit converti en un lieu agréable à vivre : de la verdure ou un espace de jeu pour les enfants par exemple.

Le conseil consultatif avait émis un avis négatif sur le projet urbain global, dans lequel figurait le projet de vente de Lacoste. Je pense que de nombreux carbon-blannais ont eu du mal à accepter le fait que cet avis négatif ne soit pas respecté. On se retrouve aujourd’hui à devoir encore justifier notre refus du projet immobilier initial. Espérons que cette concertation débouche enfin sur un projet qui améliore la vie des carbon-blannais.

Cordialement,
Mathieu Prévoteau

Jean-Noël Pithon

N’ayant pu et ne pouvant pas participer aux différentes réunions à venir , je fais part d’un aspect par rapport à la fréquentation des personnes aux sports proposés dans la commune. En effet dans la pratique du sport à Carbon-Blanc j’ai constaté que dans la plupart des disciplines les pratiquants n’étaient pas seulement carbonblanais et je trouve ça bien mais aussi que des carbonblanais se déplaçaient aussi dans les communes voisines. Il me semble que cet aspect des choses est important pour à la fois déterminer la réponse en matière d’équipements et de leur implantation d’une part et d’autre part penser à une collaboration entre communes qui à moyen terme permettrait une réponse plus large et plus économe. Carbon-Blanc n’est pas une ïle. Mille excuses si cet aspect a été évoqué.

Stephanie Dupouy

Il faut laisser un espace vert et de loisir ,sportif au nord et au sud de Carbon-Blanc

Patrick Sasselina

Bonjour,
Comme bon nombre de résidents proche du stade Lacoste, je suis contre un projet immobilier locatif sur ce site.
Notre commune se retrouve de plus en plus asphyxiée par la poussée démographique qui attire les habitants vers la métropole bordelaise.
Depuis 10 ans que je me suis installé dans notre maison neuve, j’ai vu de plus en plus d’espaces verts se construire, tant sur des territoires publics que privés.
Depuis 2 ou 3 ans le trajet voiture entre les environs du stade Lacoste et le pont d’Aquitaine devient une véritable galère aux heures d’affluence. Quand on travaille vers Bordeaux Lac ou sur l’ouest de la métropole bordelaise, le seul chemin possible mène sur ce trajet qui devient très, trop, chargé dès 7h du matin (et chaque année pour éviter le bouchon, il faut passer cette zone de plus en plus tôt).
A mon sens, au lieu de poursuivre la voie immobilière, dictée par une course à la surenchère de densification habitante, il faut préserver cet espace de vie.
L’aménagement de ce projet « Concertation site Lacoste Carbon-Blanc » doit intégrer une logique de circulation conciliable de la vie d’un quartier paisible et fluide, tout en favorisant le maintien d’un espace sportif de loisirs. Ce dernier doit aussi contribuer à une zone profitable aux associations mais aussi au groupe scolaire pasteur.
Il est primordial que ce site soit un site de partage entre les automobilistes, les 2 roues de tout type, ou encore les objets de nouvelles mobilité et bien évidemment les piétons qui gravitent autour des pôles scolaires et sportifs.
Lors des différentes phases de confinement que nous avons vécu récemment le stade Lacoste était, et reste encore, une bulle d’air pour que les habitants puissent se défouler. Il me semble que cette dimension doit être un point incontournable pour le projet. De plus, pourquoi ne pas créer une zone de type vélo-cross pour que les enfants s’y défoulent ?
Bien évidemment il me semble hors sujet d’imaginer que la future zone soit exclusivement un espace de terrain de sport ou de parking. Les nouveaux aménagements doivent être un compromis entre sport, zone de stationnement, espace d’échanges ou rencontres (sociales et/ou associatives) pouvant être ouvertes à volonté et bien évidemment avec un environnement le plus végétal possible.
La zone des Iris à Lormont, ou l’espace de l’ancienne gare à Saint Médard en Jalles sont à mon sens de bons exemples à suivre !
Enfin, pourquoi ne pas prévoir un espace pouvant aussi faciliter la vente de produits issus de circuits courts ?
J’espère sincèrement que le dialogue engagé pourra aboutir vers un projet en phase avec une population qui souhaite rester dans un secteur de Carbon-Blanc qui ne doit plus se densifier. Le risque de saturation est pour moi proche et un départ de la commune représente une hypothèse pour sauvegarder une qualité de vie pour ma famille.
Merci pour la prise en compte de ces quelques mots, et j’espère vraiment que la concertation sera réelle.
Cordialement

Isabelle Martinel

Ne pouvant pas être présente les 17 et 24 octobre aux ateliers, voici ma contribution :
Que le choix d’aménagement du site Lacoste se porte sur le maintien d’un espace dédié au sport (tennis, panel, foot, terrain de pétanque) aux loisirs en tout cas et non dédié à de nouveaux logements qui densifieraient encore plus la ville, obligeraient à augmenter les infrastructures, l’accueil scolaire et périscolaire, crèches…etc, sans compter l’engorgement vers le pont d’Aquitaine…
Beaucoup de terrains privés boisés ont déjà bien malheureusement été rases au profit de projets immobiliers sans tenir compte de la biodiversité qui disparaît petit à petit…
Si un parking est prévu qu’il ne soit pas goudronné, mais arboré et en herbe.
Le grand portail Lacoste et le portillon avec anneaux colorés pourraient être conservés trace du passé.
Espérons un heureux dénouement qui permettra de conserver à Carbon-Blanc l’âme qu’elle avait lorsque nous y sommes arrivés il y a 21 ans !
Bonnes réunions a toutes et à tous

Guillaume Piquet

Pourquoi toujours développer Lacoste et laisser le faisan en friche. Pour rappel Carbon-Blanc va jusqu’à AMBARES ( la mouline ). Et les gens qui habitent sont aussi Carbon-blanais.

Anne et Jacques Brouillaud

Nous sommes tout à fait d’accord pour conserver le site Lacoste en zone non constructible en aménageant éventuellement une partie pour des activités sportives et/ou de loisir et le reste de la surface en espace vert arboré. Carbon Blanc, la plus petite commune de la Métropole, qui a la plus forte densité de population, ne peut plus supporter de nouvelles constructions de grands ensembles.

Emmanuel Hemous

Bonjour,
Cette concertation me semble être une très bonne chose car il est important que chacun puisse intégrer la complexité de la situation et proposer des solutions en connaissance de cause.

On ne peut que regretter que cet exercice de transparence n’ait pas été fait avant le lancement des opérations par la municipalité précédente. En effet, l’héritage est lourd avec un promoteur qui détient une promesse de vente assortie d’une pénalité financière potentiellement coûteuse pour la commune et ses contribuables.

Par ailleurs, la démolition/reconstruction du gymnase plutôt que sa rénovation représente aujourd’hui un surcoût important pour la commune alors même que l’ensemble du budget d’investissement a été monté par l’équipe précédente dans le cadre de son « projet urbain » en intégrant outre des emprunts particulièrement lourds, la cession du foncier public de Lacoste pour plusieurs millions d’Euros.

Le renoncement à cette recette, annoncé durant la campagne électorale et validé par les citoyens qui s’expriment sur le sujet dans le cadre de cette concertation, impliquera donc certainement d’avoir de nouvelles ressources pour pouvoir répondre aux attentes des Carbonblanais pou reconstruire, rénover, même avec mesure.

La nouvelle municipalité devra faire preuve de créativité pour limiter les investissements et trouver des subventions dans le cadre de la relance. Nous aurons certainement aussi tous à contribuer par l’impôt pour, de façon solidaire, donner à la ville les moyens des projets partagés.

Je suis pour ma part tout à fait favorable à ce que le site Lacoste demeure un espace de respiration consacré au sport, au loisir, à la jeunesse et à l’écologie. Je suis également d’accord pour que mes impôts locaux contribuent à ce projet, dussent-ils augmenter si c’est le prix pour ne pas voir s’évaporer un patrimoine municipal qui bénéficie à tous, en particulier aux enfants et aux jeunes dans le cadre de la politique éducative et sportive.

Même si je n’ai pas pu participer aux ateliers, je rejoins donc la position des personnes qui s’expriment.
Sans avoir creusé l’idée, il serait peut-être intéressant de trouver un modèle économique sur le site qui permette aussi à la commune d’y générer des recettes (en lien avec le solaire ? une partie louée à un exploitant agricole ? la location d’une salle ?).

Sur la partie logement et accueil, je souhaite également que nous soyons collectivement vigilants à ne pas totalement fermer la commune.

L’attractivité de la Métropole est très forte. S’y installer avec des revenus modestes est de plus en plus inaccessible, qu’on soit jeune, travailleur clé, sénior ou famille.

Considérer qu’on ne peut plus accueillir reviendrait à privatiser un espace dont nous ne sommes pas propriétaires alors même que cet espace nous a tous accueillis par générations successives.
Cela reviendrait aussi à renvoyer ces ménages à l’extérieur de la Métropole pour les retrouver le matin sur l’A10 et la rocade.
Il me semble que dans l’esprit de cette concertation, il sera donc utile de se pencher sur cette politique d’accueil pour décider ensemble de ce qui est souhaitable et des conditions à réunir et à exiger de ceux qui construisent.
Il faut rendre compatible une solidarité urbaine avec le maintien de conditions de vie acceptables (circulations, espaces de vie sociale, commerces, services, espaces verts, écoconstruction…).

A défaut, le risque serait de confondre la défense de l’intérêt général comme nous le défendons dans la cas du site public Lacoste avec la défense d’une éventuelle position qui renverrait la question de l’accueil de nouveaux logements aux riverains des quartiers voisins ou aux habitants des villes voisines.
Veillons à ne pas confondre ces deux enjeux de notre vie locale.

Vive la démocratie

Stephan Dupouy

Pas de lotissement sur le site Lacoste

Marc Drouhaut

Comme expliqué en réunions de concentration, je suis contre la vente de l’espace LACOSTE.
Il s’agit du derniers véritable espace vert à l’actif du patrimoine communal dans la zone sud de notre Carbon Blanc. Il faut avant tout le protéger en le maintenant en tant qu’espace vert à double vocation : sportive coté Est (avec valorisation des équipements existants) et collective coté Ouest, à usage d’aire de loisir (sport loisir en particulier pour les écoles du quartier + espace de « bien-être » pour les résidants).
Un aménagement arboré de qualité devrait y être réalisé afin de conduire à une « sanctuarisation » du site en tant qu’espace vert remarquable.
La mairie a un devoir d’exemplarité sur le sujet: elle a là une chance unique de le prouver.

Virginie Grassi

Merci de proposer une concertation.
J’habite rue Pasteur et je suis défavorable à la vente du terrain communal du site Lacoste et opposée à la construction de logements collectifs sur le site.
Le quartier est déjà saturé le matin, la circulation est déjà très dense, je travaille à Lormont et il m’est arrivé de mettre 45 minutes pour rejoindre mon lieu de travail (temps de trajet heure creuse moins de 10 minutes). Les personnes qui habiteront cette résidence vont venir aggraver le problème, car non, les transports en communs ne sont pas une solution fiable pour se déplacer facilement et être à l’heure au travail dans notre métropole. De plus, les résidences proposent en général un stationnement par logement mais les occupants ont majoritairement 2 véhicules. Notre quartier abrite déjà plusieurs résidence, tous les stationnements sur la voie publique sont déjà pleins le soir et le week-end. On voit des véhicules stationnés en dehors des emplacements prévus à cet effets, l’offre de parking est déjà insuffisante, il semble difficile d’accueillir plus de véhicules dans le quartier. La fréquentation du gymnase en elle même nécessite de prévoir un « arrêt minute sécurisé » et des places de parking pour les utilisateurs des installations sportives. Jusqu’à présent la rue était totalement saturée lorsque des cours de sports avaient lieu. Enfin, notre quartier est loin de la plaine du faisan, pourquoi ne pas profiter de la rénovation du site lacoste pour proposer un espace végétalisé, arboré avec par exemple des jeux pour les enfants, une cheminement pieton dans la nature, un parcours de santé….. je pense que la commune n’a pas besoin de plus d’habitants, les infrastructures communales ne sont pas adaptées (établissements scolaires déjà pleins et à rénover par exemple). Pour moi il est préférable de proposer un cadre de vie et des services publics de qualité aux habitants déjà présents, respecter l’environnement, redonner plus de place aux espaces verts et ne pas céder à la pression immobilière.

Marc Antoine Drouhaut

Le terrain LACOSTE doit rester un espace à vocation publique : le vendre réduiraient encore davantage la part d’espaces verts dans ce quartier de Carbon Blanc.

Il faut l’aménager en conservant une partie des équipements sportifs existants et surtout préserver les espaces à vocation loisirs (foot pour les enfants, parcours sportif, etc…).

Une bonne idée pourrait être d’y aménager un espace boisé avec parcours de promenade et/ou un terrain à vocation de jardins partagés.

Laëtitia Mesuret

De la même façon que le Nord de Carbon Blanc bénéficie d’un poumon vert qu’est le site du Faisan, les carbon blanais de la zone Sud souhaitent majoritairement conserver le site Lacoste.
Les arguments de l’hyper saturation de nos rues et de l’accroissement de la densification ont été largement abordés. Reste à savoir si la municipalité actuelle en tiendra compte…
Quoiqu’il en soit, aujourd’hui il en va du bien être de chacun.
Etouffés par une actualité anxiogène, les individus ont besoin d’équipements sportifs, d’espaces verts, d’endroits où se retrouver en famille, entre amis ou entre élèves.
Le site Lacoste doit perpétuer sa vocation actuelle à savoir le lien social et sportif.

Philippe Laforgue

J’ai pu assister aux deux premières réunions de concertation, mais je ne pourrai être présent à la dernière. Les débats sont fort intéressants et ont montré un rejet total de tout projet immobilier privé sur ce site qui doit rester un espace public dédié au sport et aux activités de nature et de plein air. Pour ma part, je souhaite le maintien et la rénovation des équipements existants (tennis et bâtiment dit de « l’extension » – il conviendrait d’ailleurs de lui donner un nom plus élégant). Quel devenir pour le reste, soit le terrain de foot. Je propose de conserver la moitié du terrain actuel, pour les écoles notamment ; sur l’autre moitié, espace vert avec jeu pour enfant. La création de places de parking est évoqué par certains ; combien ? Où ? Pour qui ? Usager du site ou ouvert à tous ? Quelle artificialisation des sols ? Soyons prudent là dessus, et considérons que l’espace à aménager reste assez modeste et donnons la priorité aux mobilités douces.
Philippe LAFORGUE
Président d’une section du CACBO

Annick Becerro

Le 24 octobre 2020
Dans le débat sur la construction ou non de logements sur Lacoste je réitère ma position, donnée à plusieurs reprises, y compris lorsque j’étais élue A Gauche Autrement, qui explique qu’avec mon collègue L. Perez-Roba j’ai voté contre la vente du terrain Lacoste.
Ce terrain qui a actuellement encore vocation sportive, doit garder cette vocation, essentiellement. Si le terrain de foot est déplacé au Faisan et libère ainsi de l’espace, il faut l’aménager pour un accès large au public, enfants ; familles, jeunes et moins jeunes et planter des arbres afin d’accroître son état de « poumon vert de la commune ».
La zone sud de la commune ayant subi beaucoup de construction ces dernières années, collectives (Maléna, LP21) et privées (morcellement des parcelles), et vues les constructions déjà prévues (terrain de Bx Métropole sur Austin Conte, lotissement rue Vignau Anglade, résidence terrain Demund) sa densité de population a et va augmenter de manière importante.
Ce terrain est un terrain communal et doit le rester. C’est une réserve foncière pour d’éventuels besoins en matière d’infrastructures municipales.
Je redis ce que j’ai dit lors de la concertation le 17 octobre : gardons le terrain pour le sport et les loisirs et donnons-nous le temps de bien évaluer les besoins exacts de la commune. Donnons-nous le temps de connaître les moyens financiers réels disponibles (investissement et fonctionnement), en fonction du coût et du financement des rénovations et agrandissements des 3 groupes scolaires.
Mais pour moi, ce devenir de Lacoste doit être inclus dans une politique globale de l’habitat à Carbon-Blanc qui prenne en compte :
– La situation actuelle des logements sur l’ensemble de la commune : le nombre et la qualité (T1,2,3 ou 4) des logements des bailleurs sociaux, celui des promoteurs privés et le nombre de constructions individuelles sur des « petits » terrains privés.
– Un état des lieux précis et actualisé avec : les terrains déjà vendus et le nombre de logements qui ont reçus l’accord pour y être bâtis, et le recensement des permis de construire accordés par la municipalité (réalisés et non encore réalisés) depuis 2 ans.
– Etablir une carte explicite de la situation, la communiquer à l’ensemble des carbonblannais afin que nous ayons tous une vue d’ensemble sur l’habitat à Carbon-Blanc et puissions juger des projets proposés, au cas par cas, mais avec une vue globale.
OUI, je pense que notre commune doit participer à l’effort de construction de logements, et surtout sociaux, mais il faut le faire de manière raisonnée, à partir de données précises et réalistes, adaptées à la taille et aux possibilités de notre commune.
Annick BECERRO

Raymond/Annie Dugied/Brustis

Nous souhaitons qu’aucun projet immobilier ne voie le jour sur le site du stade Lacoste.
Ce site doit rester propriété de la Commune et être un espace sportif, ludique et de détente ouvert aux habitants, aux familles et aux élèves des écoles.
Nous souhaitons qu’une partie de l’espace soit boisé afin d’aménager un « poumon » dans cette zone bien dense.
Les familles pourront bénéficier d’un lieu agréable avec des jeux pour enfants. Les élèves des écoles doivent pouvoir évoluer dans les espaces créés. Il nous semble d’ailleurs important que les Enseignants puissent exprimer leurs souhaits en tant que professionnels sur les aménagements nécessaires. En ce qui concerne les activités sportives proposées sur le site, celles-ci doivent s’inscrire dans une prise en compte globale du sport à Carbon-Blanc. Le CACBO en est le partenaire privilégié.
Dans tous les cas, les aménagements retenus sur l’ensemble du site Lacoste ne doivent pas générer un afflux de circulation et un problème de stationnement supplémentaire.

Ginette Godran

Habitante de Carbon-Blanc depuis de nombreuses années, je suis opposée à la vente et à la réalisation d’une opération foncière sur le site Lacoste, pour diverses raisons :
Plus il y aura de constructions, plus on va accroître les difficultés de circulation qui existe déjà. La zone sud a déjà connu en 2015 l’implantation de la Résidence Maléna (226 logements)
Avenue Mitterand (21 logements)
En cours de réalisation la Résidence des Chênes Blancs (ex Demund) de 30 logements plus un hôtel de 63 chambres
Va se rajouter le domaine des Roches plus au centre avec 150 logements en 3 phases
45 logements collectifs et 6 maisons individuelles Permis de construire délivré fin 2019
dont les habitants rejoindront le flux de la circulation
Conservation de ce patrimoine que la commune de Carbon Blanc a acquis depuis 1954 pour des activités sportives et sociales.
Monsieur le Maire s’est engagé lors de la campagne électorale a être à l’écoute des Carbon blanais (concertation, reconnaissance de la pétition, consultation, etc. référendum, pourquoi pas ?
Conservons le site LACOSTE

Dominique Botton

Bonjour à toutes et bonjour à tous,

Tout d’abord, merci pour cette concertation permettant aux Carbonblannais d’exprimer leurs idées, de poser des questions, de donner leurs avis.
Cependant, on peut se demander pourquoi elle n’a pas été proposée, en toute transparence, lorsque le désir d’arriver à un tel projet s’est manifesté.
J’aurais aimé que des experts ou (et) décideurs viennent nous expliquer la genèse du projet, viennent justifier le besoin d’une sur-urbanisation du secteur (la densité sur Carbon-Blanc est supérieure à 2.000 habitants / km²), viennent nous justifier le prévisible accroissement de la circulation, déjà régulièrement à l’arrêt à certaines heures matinales.
D’autre part, est-il légitime de proposer de détruire le stade municipal Gaston Lacoste, dernier grand espace aéré du sud de Carbon-Blanc, afin de réaliser sur cette pelouse dédiée au sport, un projet immobilier de 98 logements ?
Je pense qu’alors, le débat aurait été « animé »!
Il faut cependant bien remarquer que certaines parties du site Lacoste sont bien délabrées, stigmates de l’ingratitude des hommes. Alors bien sûr, » l’ambiance » a suscité les convoitises de certains!
Bon, revenons à aujourd’hui, en cette fin d’octobre 2020. Je pense qu’il faut toujours un regard instruit sur une question afin de pouvoir élaborer la meilleure proposition de réponse.
Les affres de la vie actuelle incitent les gens à la recherche du bien être au sens large: bien-être personnel, matériel évidemment mais aussi être en bonne santé, être instruit et bien éduqué, avoir des lois empreintes de légitimité, vivre dans une nature entretenue dans le respect de l’écologie, savoir que la recherche est valorisée par des investissements conséquents, etc….
On peut remarquer que des pays comme la Nouvelle-Zélande et la Finlande orientent déjà leur financement public dans cette voie. Il faut bien sûr remarquer que ces pays ont pour caractéristiques: Nouvelle-Zélande:5;000000 hab 270.000 km² densité 18hab/km²–Finlande:5.500.000 hab 3.500.000 km² densité 16 hab/km².
Il me semble que c’est plus facile à gérer que dans notre secteur !
Le bien-être social avait guidé la municipalité de Carbon-Blanc au début des « années 50 ».
Les comptes-rendus du Conseil Municipal de l’époque nous apprennent que le 30 janvier 1954 la commune de Carbon-Blanc acheta un terrain d’environ 3,5 ha destiné à l’aménagement d’un terrain de sport et à la construction d’habitations.
Une dizaine d’années après la fin de la guerre, beaucoup de gens voyaient le bien-être dans l’achat d’une maison avec jardin et avoir la possibilité d’avoir une activité physique voire sportive. Ainsi naquirent les 17 maisons ((n°28 à 40 rue Pasteur et n°68 à 47 avenue Jean Capdeboscq ) ainsi que le stade Gaston Lacoste terminé à l’automne 1958 doté d’une pelouse de 110m sur 70m, d’une piste en cendrée de 400m, d’un plateau pour la pratique de l’Education Physique et d’un terrain de tennis.

Ne trahissons pas l’esprit de ce lieu qui a déjà trop souffert !
Ce site destiné au sport résulte de la volonté de la municipalité de 1954 et d’un important investissement public. Ce site aurait dû être sanctuarisé comme doit l’être toute école, tout hôpital toute maternité financé par l’argent du contribuable et qui constitue le bien public, commun, une des bases de la République.
Ce site aurait dû être parfaitement entretenu vu le bien-être et le lien social qu’il génère.
Nous n’aurions jamais dû en arriver à un tel délabrement !
Le site Lacoste doit rester dans son authenticité c’est à dire à vocation activités de plein air, sport loisir et sport de compétition. IL DOIT ÊTRE REAMENAGE !
Par exemple: sur son pourtour, pourquoi ne pas planter, tiens donc, au moins deux séries de 98 arbres sous lesquels peuvent prendre place un jardin d’enfants, un parcours santé pour enfants, un parcours santé pour adultes, un terrain de pétanque « tranquille », etc…
Cette promenade arborée ( rappelant les cours du 18ème siècle des intendants bordelais , …enfin presque ) isolerait aussi les proches riverains des autres aménagements.
Si le football s’installe entièrement au Faisan, la pelouse Lacoste peut alors être réduite de moitié. Il y aura alors une pelouse de 70m sur 50m, ce qui est suffisant pour que les jeunes enfants puissent avoir des initiations football, rugby, lancers, sauts, jeux d’adresse, etc…
Le site Lacoste restera un lieu de compétition pour le tennis (avec réaménagement des courts et du club-house ), pour le hand-ball (gymnase), pour les sports de combat(dojo).

La récente actualité plaide pour une telle survie du stade et de son réaménagement.
Début octobre, la ministre déléguée aux sports, Roxana Maracineanu et le cardiologue du sport François Carré ont alerté l’opinion publique sur les effets délétères de la sédentarité chez les jeunes. Ils ont évoqué, si rien ne change, une future « bombe sanitaire »!
En 40 ans les collégiens ont perdu en motricité et surtout, en moyenne, 25% de leurs capacités cardiovasculaires. Actuellement en classe de 6ème, le test d’endurance se fait sur 20 minutes. Dans les « années 80-90 » il se faisait sur 30 minutes ! Voilà des conséquences des abus de TV canapé, de portable, de jeux vidéo, de console, etc…
Lors d’une récente enquête menée dans 140 pays sur les capacités physiques de base des jeunes, la France s’est classée 110ème !
IL FAUT RECONNECTER les enfants à tout terrain d’activités physiques, de sport loisir ou pou les plus motivés de sport de compétition.
En Nouvelle-Zélande, en Irlande et dans bien d’autres pays, les enfants du primaire sont « biberonnés au rugby » non pas sous l’aspect du combat mais pour ses valeurs éducatives d’esprit de solidarité, d’attention aux autres, d’esprit de groupe, de lien social, de respect du règlement donc d’un vivre ensemble réussi.

Le stade Gaston Lacoste est donc une véritable chance pour les enfants des classes primaires et maternelles des groupes scolaires Pasteur et Barbou ainsi bien sûr que pour tous les résidents carbonblannais.
Tout cela nécessite bien sûr un investissement conséquent. A courte vue, c’est un coût mais un regard « objectivement optimiste » y verra un sacré « pulse  » (importé de UK) vers un horizon de bien-être !

La surveillance et l’entretien du site doivent être parfaitement réalisés, c’est de l’argent public, notre argent, qui est en jeu !
Une charte de comportement est absolument nécessaire. Elle doit être affichée à l’entrée du stade avec tous les horaires et toutes les conditions d’utilisation.
Un registre d’inscription doit être à la mairie . Tout utilisateur du site doit signer son engagement à respecter la charte.
Le réaménagement de ce site ouvre des perspectives de mieux vivre par l’activité physique mais aussi par le lien social qui se présente. Pourquoi ne pas envisager de fêter le printemps ou l’été ou tout ce que l’on veut sur l’espace Lacoste ?
La vie sociale dans un tel cadre est certainement plus apaisée, motivante et bénéfique que dans un nouvel ensemble immobilier implanté dans ce secteur sur-urbanisé.
De plus, Carbon-Blanc, commune de plus de 8.000 habitants, peut très bien s’accommoder de deux pôles d’activités sportives: quartier du Faisan et site Lacoste.

Toute nouvelle construction pour de futurs arrivants ne peut se concevoir que dans un projet apportant bien-être et bienfaits de l’écologie !
Il ne faut surtout plus entrer dans ces abus de projets lucratifs mais trop néfastes à une qualité de la vie digne de ce nom !
Pour finir, j’aimerais bien que quelques experts viennent nous justifier, très clairement, la nécessité du mythique million d’habitants sur la Métropole. Trop de communes souffrent de cette vision et se retrouvent prisonnières de la sur-urbanisation, étouffées par une densité de circulation hors norme et d’ailleurs souvent à l’arrêt à certaines heures matinales.
Alors on se met à rêver d’un grand espace aéré, aménagé pour pratiquer une activité physique bonne pour la santé quel que soit notre âge, aménagé pour le plaisir des enfants à s’initier aux activités sportives et ludiques, etc….

ALORS, STADE GASTON LACOSTE, INGRATITUDE OU ESPOIR DE RENAISSANCE ?

Espérons un sursaut républicain des décideurs sur tous ces projets !

Allez pour finir ce parcours dans l’histoire et dans l’espoir, deux petites maximes:

 » Le sport est un état d’esprit, l’éducation physique l’esprit d’un état. »
 » Là où il y a une volonté, il y-a un chemin. »

Cordialement,

Dominique Botton

Louisa Dugied

Bonjour, je ne souhaite pas de logement sur cet espace. Je souhaiterais le maximum d’infrastructures sportives réellement utiles pour les écoles maternelles et élémentaires, il faudrait donc leur demander leur avis … Je souhaiterais que cet espace reste un lieu de partage et de convivialité. Il serait peut-être intéressant de rajouter une zone « enfants » avec des jeux ce qui permettrait de ne pas aller « jusqu’au parc Favol ». S’il y avait un espace potager cela me plairait beaucoup, un endroit qui pourrait servir à tous, même si on ne peut pas forcément aider car nous n’avons pas la « main verte », moyennant finance par exemple. Je souhaiterais également que cet espace ne devienne pas un endroit où les jeunes se retrouveraient en « bande », je pense donc que le fait qu’il y ait des horaires fixes avec des associations sportives ou autres et des sports extérieurs type tennis, cela pourra peut-être permettre d’éviter un attroupement.

Voici quelques idées …
Bon courage pour le projet final !

Louisa DUGIED

Laurent Perez Roba

Suite à mes participations aux « ateliers de concertation » et à l’intelligence collective générée, ma contribution va dans le sens de la majorité des avis qui s’y sont exprimés à savoir:
– pas d’ajout d’habitation sur ce site. D’une part la commune ne satisfait déjà pas les besoins de sa population actuelle (éducation scolaire et socio-culturelle, loisirs sportifs et culturels, accompagnement social, circulation…), d’autre part l’ajout de constructions denses sur les domaines privés vendus est en constante évolution ; il est indispensable de ne pas accentuer cette augmentation démographique.
– conserver cet espace foncier municipal et ne pas le céder au domaine privé. Seule la nature publique de cette espace permet d’étudier son adéquation avec des besoins évalués par et pour les habitants, dans un souci d’égalité, d’accessibilité, de protection de l’environnement et du climat.
– faire évoluer cet espace à partir de son identité sportive d’éducation et de loisir, en lien avec un projet municipal de politique sportive associant les acteurs de ce domaine et prenant en compte les autres espaces communaux et extra communaux complémentaires.
– intégrer la dimension d’accessibilité familiale et individuelle (promenade, pause extérieure, jeux d’enfants…) et paysagère
– rechercher et étudier les hypothèses d’optimisation de circulation et de stationnement des véhicules doux ou à moteur environnant cet espace.
Je souhaite que ce travail se poursuivre dans sa forme participative, avec l’aide de techniciens désormais pour pouvoir avancer sur des propositions plus étayées et concrètes.
Je souhaite également que le questionnaire d’évaluation de l’ouverture à la participation citoyenne* soit soumis aux volontaires à chaque futurs ateliers. *cf proposition de la commission d’évaluation et de suivi de la démocratie locale.

Alain Turby

Bonjour à tous,
Maire de Carbon-Blanc de 2014 à 2020, j’aimerais rappeler quelques éléments de contexte permettant à tout un chacun de se faire une opinion sur les orientations prises mais aussi de comprendre pourquoi des choix ont été effectués.
Je ne souhaite pas ici relancer le débat sur la justification des choix mais les arguments présentés par quelques-uns omettent (volontairement ?) certains éléments de l’histoire.
Carbon-Blanc en 2014, n’avait pas fini les investissements liés au pôle ressource bandes dessinées Château Brignon (4,5 millions d’euros d’investissement, 250 000 € de charges de fonctionnement /an). Ce dossier a fait l’objet d’un rapport très critique par la chambre régionale des comptes qui a mis en lumière le caractère disproportionné de cet équipement au regard à la situation globale du patrimoine public de Carbon-Blanc.
En 2014, la capacité de désendettement de la ville était supérieure à 22 ans, lorsque la norme prudentielle prévoit 5 à 7 ans.
La municipalité précédente (2008-1014) avait fait le choix d’une stratégie de peuplement massive (350 logements collectifs livrés en une seule année) sans prévoir les équipements publics correspondant au besoin de la population (écoles, ALSH, équipements sportifs et culturels).
L’audit patrimonial (dont les rapports sont disponibles en mairie) que nous avons mené en début de mandat a fait ressortir au mieux l’obsolescence des équipements, au pire un niveau de délabrement avancé mettant pour certains d’entre eux les usagers en danger. C’était le cas du Gymnase Lacoste, du Foyer Municipal, de l’ALSH). Les écoles, elles, étaient obsolètes, n’étaient plus aux normes (Barbou appartient à Bordeaux Métropole, alors qu’elle aurait dû être transférée à la ville depuis 1990). J’ajoute à cela les multiples réunions avec les partenaires associatifs qui mettaient en lumière l’inadéquation de nos équipements aux besoins de la population. Personne ne peut le nier.
Le 8 novembre 2016, nous avons proposé à la population de Carbon-Blanc un projet urbain structuré autour de deux axes :
– Rénovation / Remplacement des équipements publics avec définition des nouvelles polarités de vie et des flux de circulation
– Contenir l’endettement pour ne pas aggraver la situation de la ville.
Pour financer ces opérations en respectant le deuxième objectif, il était impératif de désendetter la ville, d’être innovant dans le financement des équipements mais aussi d’avoir conscience que l’ampleur des investissements à réaliser pour satisfaire toutes les attentes ne permettait pas de s’appuyer sur les seules solutions d’emprunt bancaire.
C’est pourquoi, le choix a été fait de contracter un emprunt pour le volet scolaire à des conditions avantageuses (réservées à des villes de strates bien supérieures à Carbon-Blanc).
Pour financer les équipements sportifs, le recours à l’endettement est tout simplement impossible et intenable. Pour financer des équipements, si ce n’est pas l’emprunt, il n’existe pas énormément d’alternatives :
– L’excédent du budget de fonctionnement (les décisions gouvernementales ont réduit à peau de chagrin cette situation, même si nous avons ramené nos dépenses de fonctionnement à leur niveau de 2011).
– La vente du patrimoine communal.
A titre personnel, je n’en connais pas d’autres et je reste preneur de toute autre solution jusqu’à aujourd’hui et personne n’a réussi à en identifier d’autres.
Dans le cadre du projet urbain, nous avions identifié 11 fonciers communaux pouvant être vendus. Le site Lacoste est un de ces fonciers.
Devant le rejet du projet initial présenté par Nexity sur cette parcelle, nous avons décidé cette concertation. Je salue l’initiative de nos successeurs d’avoir continuer une démarche que nous avons initiée.
Ceci étant dit, les questions qui sont soulevées à travers cette concertation sont les suivantes :
– Comment concilier l’exigence du gel de toute construction à Carbon-Blanc avec la pression foncière (à laquelle beaucoup de Carbonblanais cèdent dès lors qu’ils voient le montant du chèque proposé).
– Comment financer des équipements publics lorsque la capacité d’emprunt de la ville n’est pas extensible à souhait ?
– Les habitants sont ils prêts à sacrifier la qualité du service public (moins de locaux publics, d’équipements sportifs et culturels, des écoles hors d’âge, des équipements dangereux rendant impossible leur l’exploitation engageant la responsabilité du maire en cas d’accident) parce que la ville ne sait pas trouver d’autres solutions de financement que la cession foncière ?
Parce qu’il n’y a pas d’ambiguïté possible : A Carbon-Blanc comme dans beaucoup d’autres villes en France, il est impossible de penser à des écoles modernes, des bâtiments publics au norme, des équipements sportifs et culturels adaptés, sans mettre à contribution le territoire.
Je précise également que sur 3,86 km² (Carbon-Blanc, c’est 1km sur 4km), les possibilités d’aménagement sont limitées.
Si le projet de logement ne voit pas le jour à Lacoste, mais si on veut des équipements sportifs adaptés, il faudra de toute façon décider d’une autre parcelle qui devra être vendue pour répondre aux nombreuses attentes de notre population.
Quant aux aménagements souhaités à Lacoste que j’ai pu voir formulés ici, ils ont un coût financier d’investissement et de fonctionnement. Nous ne pourrons nous soustraire à la question de leur financement.
Bonne réflexion à tous.

Gérard Pinston

L’évolution et la croissance démographique sont à la fois une réalité incontournable et une nécessité dont a besoin une ville pour évoluer et avancer .
La vente partielle d’un foncier communal à un partenaire immobilier a pour objectifs :
1/ la maîtrise de la dimension d’un projet immobilier à échelle humaine dans le cadre d’un urbanisme concerté.
2/ permettre une recette financière non négligeable pour la commune.
3/ faire aménager un espace de respiration vert et arboré dans le cadre du programme immobilier sans aucun coût pour la collectivité. Cet espace doit répondre aux souhaits du plus grand nombre et doit être défini dans le cadre de la concertation !
Cet espace ouvert au public et au nouveaux habitants du secteur tout en restant sous la responsabilité de la future copropriété, la encore sans aucun coût d’entretien pour la collectivité.
La Sanctuarisation de cet espace de respiration doit se faire par une volonté politique affirmée et se traduit en urbanisme par l’inscription d’une modification du PLU pour définir cette parcelle en tant qu’Espace Boisé Classé.
Sur la question plus générale des infrastructures sportives de la commune , il y a un aspect important dont il faut tenir compte !
La collectivité pourra t elle continuer longtemps à entretenir, rénover autant d’infrastructures pour toutes les disciplines ?
Il est indispensable de répartir de manière équitable et concertée avec les communes voisines ses installations pour que chaque commune puisse disposer des meilleurs équipements. C’est la aussi une vision plus large et plus économe, tout en garantissant la pérennité des installations !

* une remarque plus générale sur cette concertation : elle n’est pas assez diffusée et donc seul un nombre restreint d’habitants vont y participer. Le choix sera fait pour l’ensemble des habitants par un «  échantillon »
Cordialement

Questions

La ville de carbon blanc a t'elle les infrastructures sportives pour une population de plus de 8000 habitants ?

En attente de réponse